Hommes battus : tous les 14 jours, un homme décède sous les coups de sa conjointe…

Évidemment, l’affaire ne passionne pas. L’homme battu est une victime responsable de sa propre faiblesse selon l’opinion « il n’avait qu’à se défendre ». À cela s’ajoute le sens de l’honneur masculin qui dépareille de l’opportunisme d’en face.

The sound of the silence

Les membres de SOS homme battus sont unanimes : on ne les écoute pas. C’est qu’un coup de poignard reste douloureux mais cela choque moins qu’une main aux fesses en public. Cause nationale.

De surcroît, l’homme battu est généralement diplômé de l’enseignement supérieur, ayant bien imprégné les codes occidentaux d’une repentance apprise vis-à-vis du beau sexe…

Le mode d’action privilégié par les femmes ? L’arme blanche, plus pénétrante dans sa symbolique, plus discrète, plus douloureuse, plus féminine…

L’enjeu électoral des alphas du sophisme

Niveau politique, c’est évidemment le vide. Pourquoi lutter contre les hommes battus puisque étant des hommes, ils ont une conscience politique. A contrario, le féminisme ça paye. Alors, ils ont réussi à mettre en place les quotas, les aides aux féministes et la grâce présidentielle pour les mantes religieuses.

Aujourd’hui en France, un des arguments électoraux est de laisser la place aux femmes. Ainsi, le Palais Bourbon est composé de 39% de femmes (une gabegie) à qui on laisse 4 % du temps de parole.

Les ténors ont bien compris la combine : être accompagné du plus de femmes possibles pour garder la main sur le pouvoir, sur le harem, et s’éviter en amont des luttes avec des humains sécrétant de la testostérone.

Bien entendu, je ne prétends pas que toutes les femmes sont des faire-valoir de la politique. En effet, certains bulldozers complètement dénudés de féminité parviennent aux pouvoirs et sont de vrais femmes politiques : Merkel, Marine Le Pen, Tatcher…bref, le nectar de la sensualité.

Pendant ce temps, certaines féministes pestent contre le fait qu’il faudrait être belle et jolie pour réussir en politique…les abysses de l’analyse. Cependant, il semble possible que certaines soient parvenues au sommet à la force du poignet.

Machiste me dites-vous ? Non, si j’étais une femme et que je pouvais utiliser mon corps comme outil de promotion social, je le ferai. On apprend pas au lion à se battre avec ses pattes arrières.

Pendant ce temps, dans le Loiret..

Revenons à nos victimes n’ayant pas osé le masculinisme hard et qui, de fait, se sont persuadés du fait qu’ils devaient se faire battre sans pouvoir immobiliser leur bourrelle.

Il faut savoir qu’aujourd’hui, Jacqueline Sauvage profite paisiblement de sa grâce présidentielle à la Selle-sur-le-Bied dans le Loiret.

Jacqueline Sauvage c’est une femme, féministe béate, qui a plombé son mari de trois coups de fusil de chasse deux jours après avoir provoqué le suicide de son fils. La mante religieuse a fait son « perfect ».

Condamnée à 10 ans de prison à deux reprises, l’alpha du sophisme en fonction en a alors profité pour placer une grâce présidentielle.  Tout bénéf’…